Les différents plans de conscience de la musique



( textes de Sri Chinmoy )

La musique humaine
Nourrit le vital de l’homme.
La musique divine
Sert le cœur de l’homme.

Un chanteur aspirant sait que sans musique, son cœur n’a plus d’âme, sa vie est futile, son but est vain.
Pourquoi ? Parce que la musique est l’aspiration-unité de l’humanité. L’unité sans mélodie fervente est aveugle, sourde et inutile.

Par ailleurs, une mélodie sans unité fertile n’est qu’un corps sans âme.

Sans aspiration-unité, l’humanité ne pourra jamais accomplir la perfection.

Sans perfection, la satisfaction restera toujours un rêve lointain.

Sans satisfaction, la vie n’a aucune valeur, quelle qu’elle soit.

Nous aspirons pour trouver la satisfaction. C’est pour trouver la satisfaction que nous essayons de nous parfaire.

La satisfaction est la seule existence-réalité dont à la fois Dieu et l’homme ont besoin.

La musique de l’âme non seulement possède la réponse, mais
est la réponse à ce besoin.

Les sept notes de la gamme correspondent aux sept mondes supérieurs. Chaque note descend d’un monde intérieur particulier. Chaque monde possède une musique particulière et une note particulière. Les mondes supérieurs ont une musique qui nous éveille, nous inspire, nous illumine, nous parfait et nous comble. La musique des mondes supérieurs vient constamment à nous comme le pionnier de la Hauteur la plus élevée, tandis que la musique des mondes inférieurs vient naturellement à nous comme un messager de destruction.

Ce ne sont pas seulement les mondes supérieurs et les mondes inférieurs qui possèdent une musique particulière ; chaque individu, chaque mouvement et chaque action possèdent également leur propre musique. Chaque fois que l’on inspire et que l’on expire, il naît une musique. Lorsqu’on ne fait pas attention à la profondeur intérieure de l’action, on n’entend pas la musique. Mais lorsqu’on porte l’attention qu’il faut à chaque action, au sein de la profondeur même de chaque action, on doit pouvoir entendre sa musique. Tant que nous n’entendons pas la musique dans chaque action, l’action reste sans vie.

La musique vient juste après la méditation. Mais elle doit être fervente, elle doit remuer et élever notre conscience aspirante. Lorsqu’on joue de la musique fervente, de la musique psychique, on est immédiatement transporté jusqu’aux plans les plus élevés de la conscience.

Cette musique de l’âme veut s’exprimer et se réaliser à travers le cœur. Mais là, elle se heurte à un problème. Lorsque l’âme commence à jouer sa musique dans le cœur, le mental dubitatif ne permet pas au cœur de l’écouter. Et puis, petit à petit, le vital devient plus fort que le cœur pur.

La musique du vital inférieur détruit nos nerfs subtils et cherche à dévorer les qualités divines du cœur. Depuis de nombreuses années, le vital est devenu prédominant dans le monde. Mais la musique du vital inférieur ne prédominera pas toujours sur terre. Un jour, la musique de l’âme remplacera la musique du vital. Aujourd’hui, le vital est nourri et l’âme meurt de faim. Mais lorsqu’il y aura plus de gens aspirants que de non-aspirants, la musique intérieure capable d’élever l’âme remplacera naturellement la musique du vital impur, non-illuminé et obscur.

Lorsque nous jouons une musique vitale, nous affamons notre âme et nourrissons notre corps. Le créateur est comme une mère, et l’humanité est son enfant. Lorsque le créateur joue de la musique vitale, la mère boit quelque chose, mais l’enfant a soif d’autre chose, de lait. Mais lorsque le créateur joue de la musique spirituelle, la mère comme l’enfant boivent du nectar en même temps. Le simple fait de regarder le visage de sa mère fera boire le nectar à l’enfant. Voir sa mère boire le nectar suffit à l’enfant.


La Lumière et la Félicité de l’Âme.

La musique de l’âme offre de la félicité plutôt qu’une excitation vitale. L’excitation vitale est une chose et la félicité de l’âme en est une autre. La félicité de l’âme est très puissante, très intense, mais en même temps, elle ne crée pas de plaisir non divin, ou de sensation dans le corps. Elle transporte : elle emporte l’être tout entier jusqu’au Plus Haut comme un ballon, et lorsque le ballon éclate, on nage dans l’océan de la béatitude.

La musique de l’âme est la musique qui élève immédiatement la conscience jusqu’à l’Absolu, jusqu’au Plus Haut. Mais la musique ordinaire, la musique vitale peut faire descendre notre conscience. On commence par jouir d’un certain plaisir pendant une seconde, voire quelques heures, mais ensuite, ce plaisir nous entraîne dans une conscience vitale inférieure. La musique fervente nous emmène dans le monde de l’aspiration. A partir de l’aspiration, nous entrons dans le monde de la réalisation, où notre existence intérieure toute entière est inondée de lumière et de félicité.



La Conscience Universelle

La musique de l’âme est la musique qui cherche à transformer notre conscience. Elle nous emmène vers la Conscience Universelle et nous fait ressentir que nous sommes en accord avec le plus haut, avec le plus profond, avec le plus loin. Elle nous fait également ressentir que Dieu Lui-même est le Musicien Suprême. Un son provenant de l’âme donne immédiatement de la joie et élargit immédiatement le soi. L’expansion de soi n’est pas égocentrique ; c’est quelque chose de divin, de suprême, d’universel. Un son fervent est comme une musique qui serait composée pour tous. Avec lui, le «je» s’en va. Dans le son fervent, le «je» disparaît. Tout devient «nous». Les autres sons sont produits par l’individu pour l’individu, mais le son fervent est produit par l’Universel en nous, par l’Eternel en nous, par l’Absolu en nous. Le son de l’âme provient de l’Eternité et est émis pour l’Infini et pour l’Immortalité. C’est de cette manière que nous pouvons distinguer le son de l’âme des autres sons. Les autres sons trouvent leur originalité dans l’individualité, mais les sons de l’âme trouvent leur originalité dans l’universalité.


Le Musicien divin

Le musicien joue pour devenir un grand musicien. Le musicien divin commence par devenir bon et puis ensuite il joue divinement, en offrant le résultat à son Bien-Aimé Suprême avec ferveur et inconditionnellement.

Vous devez savoir que lorsque vous jouez la musique du plan vital, vous ne faites que vous leurrer. La musique inspirée par la région du nombril, soit au-dessous soit autour du nombril, est une musique vitale. La musique qui provient du cœur est une musique psychique, et la musique qui vient des profondeurs du cœur, de très profondément en soi, vient de l’âme. Nous savons que nous avons à faire à la musique de l’âme lorsque nous pouvons ressentir que ce ne sont ni notre voix, ni nos doigts qui s’expriment, mais une réalité profondément enfouie dans notre cœur.

Lorsque nous jouons une musique fervente, nous élevons très rapidement notre conscience. La musique fervente est une forme d’aspiration, une forme de méditation. Tous les chercheurs de la Vérité infinie finiront par jouer naturellement de la musique fervente ; et lorsqu’ils joueront cette musique fervente, qu’ils sachent qu’ils courent consciemment vers leur but destiné.


Musique et Conscience

L’eau est symbole de conscience. La conscience, comme l’eau, est neutre. Ce que nous mettons dans l’eau est d’une grande importance. S’il s’agit de quelque chose d’inoffensif, de doux et de divin, cela nous procure de la joie. Mais si nous mettons quelque chose de non divin, d’empoisonné et de destructif dans l’eau, nous mourrons dès que nous la boirons. Ce que nous mettons dans l’eau avant de la boire dépend entièrement de nous. Lorsque vous entendez de la musique, si cela élève votre conscience, vous saurez qu’il s’agit de musique spirituelle. Parfois, le musicien est un aspirant et il joue de la musique spirituelle. Là, vous avez beaucoup de chance, parce que vous avez les deux éléments en même temps.

Les musiciens devraient offrir quelque chose de nouveau ; ils devraient offrir au monde une musique qui provient directement de l’âme, une musique qui aide l’humanité à élever sa conscience ; non pas les choses qu’ils connaissent déjà depuis des centaines d’années, mais des choses que les gens n’ont jamais vu, ni ressenti, ni entendu.

La musique vitale a joué son rôle, notamment dans l’hémisphère occidentale. Mais ce genre de musique n’est pas la musique de l’âme. La musique de l’âme est quelque chose de tout à fait différent. Le monde finira par apprécier, admirer et adorer cette musique.
 


L’écoute de la musique peut-elle élever la conscience ?

Lorsque vous écoutez et vous identifiez avec la musique spirituelle, la musique du cœur et de l’âme, cela élève naturellement votre conscience. Mais si vous écoutez de la musique ordinaire et vitale, cela fait descendre votre conscience.

La musique de l’âme pèse déjà son propre poids. Lorsque vous l’écoutez, vous vous identifiez à elle, et comme un aimant, elle vous attire vers le haut. La hauteur est déjà là.
 
 

Lorsque quelqu’un est déjà en haut d’un immeuble, cela veut dire qu’il y a un escalier. Vous devez vous identifier à l’escalier et également à la personne qui l’a grimpé. Alors seulement sera-t-il en mesure de vous montrer comment il a grimpé et où l’escalier se trouve. L’appréciation est synonyme d’identification. Si vous vous identifiez à l’escalier et à celui qui a créé l’escalier pour vous dans sa musique, vous pourrez également atteindre le dernier étage.


Dans les années à venir, quels chants auront le plus d’influence sur l’humanité ?

Les chants qui auront le plus d’influence sont ceux qui proviennent directement de l’âme et qui sont immédiatement acceptés par le cœur, le vital, le mental et le corps aspirants. Parfois, vous pouvez chanter avec ferveur des chants très fervents, mais seul le cœur aspirant reçoit ces chants. Il est très difficile pour le mental qui doute ou bien pour le mental intellectuel d’apprécier quoique ce soit. Le vital agressif et le corps endormi du corps trouveront également difficile d’apprécier ces chants. Mais lorsqu’un chant fervent est chanté avec ferveur et qu’en même temps, il est apprécié par les membres immédiats de la famille intérieure —qui sont le corps, le vital, le mental et le cœur—sur le plan de l’âme, le plan même où il est chanté, alors il aura assurément la plus grande influence sur l’humanité.

Il arrive que l’on chante un chant avec beaucoup de ferveur, par exemple au niveau du cœur. Mais si ce chant n’est pas apprécié au niveau du cœur, s’il n’est apprécié qu’au niveau du mental, du vital ou du physique, il n’apportera pas beaucoup de joie, d’inspiration ou de satisfaction. Pour éprouver la plus grande satisfaction, il faut atteindre le niveau auquel le chant est chanté et l’apprécier à ce niveau avant de descendre aux niveaux inférieurs. S’il vient du niveau du cœur, il faut atteindre le niveau du cœur pour l’apprécier. On peut également l’apprécier à un niveau inférieur, mais cela ne sera pas aussi efficace.

Dans vos livres, vous dites que la musique vitale peut nuire à notre vie spirituelle. Mais parfois, lorsque j’écoute une musique très vivante et rythmée, cela me donne de la joie. Il ne s’agit pas de musique que vous qualifieriez de spirituelle, c’est juste de la musique qui donne de l’énergie. Pensez-vous que cette musique énergétique est vraiment nocive ?

Il y a deux aspects dans le vital : il y a le vital dynamique et le vital qui tente ou est tenté. Lorsque Sri Chaitanya et ses disciples chantaient et dansaient dans la rue, ils n’exprimaient pas leur vital qui tente ou est tenté. Non, ils exprimaient le vital dynamique, plein d’enthousiasme pour répandre son énergie dynamique à la ronde. Le vital qui reçoit une énergie de manière pure —autrement dit le vital qui essaie d’élever la conscience des autres—, ce vital est absolument nécessaire. Cette forme d’intensité, d’enthousiasme et de dynamisme est très bonne.

Mais il y a une autre forme de vital, qui possède également une énergie dynamique mais qui fait descendre la conscience bas, plus bas, au plus bas. Votre mental et votre cœur peuvent facilement faire la différence entre les deux formes de vital. Je ne veux pas utiliser les termes de «rock and roll» ou de «jazz». Je n’y connais rien. Mais si vous voulez comparer la musique qui vient du vital dynamique et la musique qui vient du vital qui tente ou est tenté, vous pourrez facilement voir la différence. De cette autre forme de musique, vous pouvez gagner de l’enthousiasme, mais il ne s’agit pas de l’enthousiasme pur qui élève votre conscience ou bien votre vie spirituelle. Quand vous êtes dans ce type de musique, vous remarquez que votre conscience descend,
ou bien qu’elle est descendue.

 

Il arrive que nous ne nous rendions pas compte que notre conscience est tombée. Ce n’est que lorsqu’elle a atteint les profondeurs abyssales que nous réalisons ce qui s’est passé. En dégringolant un peu le long du tronc, nous nous disons : «Ce n’est rien, rien du tout ! Je pourrai facilement remonter.» Mais en fait, nous ne pouvons pas remonter. Une fois que nous commençons à descendre, nous continuons à descendre. Nous ne pouvons pas rester à la même place. La loi de la gravité prend le dessus et nous tombons jusqu’en-bas.

Vous devez donc faire attention à la forme d’énergie vitale de la musique que vous écoutez—celle qui vous élève ou bien celle qui vous fait tomber. Vous devez être le juge.
 


Dans le monde d’aujourd’hui, il semble de plus en plus difficile pour les artistes de survivre. Avez-vous un conseil à donner à tous ces artistes qui se battent ? Et qu’est-ce qui détermine leur véritable succès ?


Je suis un chercheur de Vérité et un amoureux de Dieu. Dans mon cas, lorsqu’un musicien ou un artiste peut élever la conscience d’un public, je trouve qu’il a réussi ; il a offert une immense contribution au monde entier. Mais par ailleurs, il y a des musiciens —je ne les critique pas, c’est ce qu’ils aiment et également ce que le public aime—, qui créent une sorte d’excitation au niveau du vital. Et puis cela ne va pas plus loin. Leur musique touche le vital qui s’excite et le stimule, et puis cela se termine par de la frustration. Tandis que des musiciens qui jouent une musique fervente ou des chanteurs qui chantent avec ferveur ne manqueront pas d’élever la conscience de leur audience. Après tout, chaque personne qui vient pour écouter des chants ou de la musique vient pour recevoir quelque chose —la joie durable qui les inspire à voir et ressentir quelque chose en eux d’absolument nouveau et sans précédent : une joie sans précédent, un amour sans précédent.

Les musiciens d’aujourd’hui sont des musiciens qui jouent une musique vitale. Ils créent une excitation rapide pour les amoureux de musique. Mais l’excitation n’est pas la réponse à l’évolution de l’humanité. Ce qui est important est l’éveil fervent. La musique fervente éveille le cœur. L’âme, quant à elle, est déjà éveillée. L’âme est toujours éveillée, mais elle s’efforce de manifester la Beauté, la Lumière et la Puissance de Dieu en et à travers ses membres : le corps, le vital, le mental et le cœur.


Tout dépend donc de chaque musicien. S’il veut éveiller la conscience de ses auditeurs et leur offrir quelque chose de divin et d’immortel, il doit entrer dans leur vie aspirante par la force de sa propre aspiration qui est ce qu’il offre par le biais de son talent musical.

Chaque type de musique a accès à un domaine particulier. La musique vitale ne peut être utilisée comme véhicule de la croissance spirituelle, ce serait comme frapper à la mauvaise porte. Lorsque les musiciens jouent une musique vital, je ne pense pas qu’ils méditent sur l’âme. Ils visent l’excitation et le bruit, et une sorte de —je n’ose pas dire «confusion», mais disons destruction. Si vous jouez de la musique fervente, vous devez entrer dans la ferveur de la musique et dans la ferveur de l’auditoire. Si mon but est situé au nord, je n’obtiendrai que ce qui est au nord, je n’obtiendrai pas ce qui est au sud.