pourquoi méditer

extraits de "la Méditation" - éditions la Flûte d'Or - Montpellier 


Nous méditons parce que ce monde n’a pas su nous combler. Rares sont les moments de paix dans notre vie quotidienne. Chaque jour, en effet, nous sommes assaillis par les forces négatives que sont la jalousie, la peur, le doute, l’inquiétude, l’anxiété et le désespoir. Telles des singes, elles nous mordent ; et lorsque, par lassitude, elles s’interrompent, nous nous croyons enfin tranquilles. Mais cette paix est éphémère, car l’instant suivant, les voilà qui nous agressent à nouveau.
Ce n’est qu’à travers la pratique de la méditation que peut être obtenue la paix, une paix divine. Si, méditant avec ferveur le matin, nous éprouvons de la paix ne serait-ce que l’espace d’une minute, cette minute de paix imprégnera notre être tout entier. Plus nos méditations seront élevées, plus nous éprouverons une paix, une lumière et une félicité infinies. C’est le désir de croître et de s’épanouir dans la lumière qui engendre le besoin de méditer. Si telle est notre aspiration, notre soif intérieure, la méditation sera le seul chemin pour nous y mener.
Ceux qui sont contents de ce qu’ils ont et de ce qu’ils sont n’éprouvent nul besoin de pénétrer dans le domaine de la méditation. On médite parce qu’on ressent une faim intérieure. On sent qu’il existe en soi quelque chose de lumineux, d’immense, de divin. On en a terriblement besoin, sans savoir comment y accéder. Cette faim intérieure naît de l’aspiration spirituelle.